7 étapes pour devenir décoratrice d’intérieur

Si vous avez l’amour de la déco­ra­tion d’intérieur et un talent pour l’or­ga­ni­sa­tion du mobi­lier, de la déco­ra­tion et du choix de cou­leur, une car­rière de déco­ra­trice d’in­té­rieur peut être par­faite pour vous. Une for­ma­tion n’est pas obli­ga­toire pour en faire son métier mais tout de même recom­man­dée. Toute per­sonne s’ap­puyant sur des com­pé­tences et la capa­ci­té de se mettre en valeur peut com­men­cer à tra­vailler comme déco­ra­trice d’in­té­rieur. Comme la concur­rence est forte, il est impor­tant de savoir com­ment deve­nir une déco­ra­trice d’in­té­rieur et vous vendre effi­ca­ce­ment.
Voi­ci les étapes à fran­chir pour deve­nir déco­ra­trice d’intérieur.

Deve­nir déco­ra­teur /décoratrice d’in­té­rieur en for­ma­tion à distance

1 — Évaluez vos compétences

Éva­luez vos com­pé­tences, vos forces et fai­blesses. Si les gens vous com­pli­mentent régu­liè­re­ment sur vos com­pé­tences de déco­ra­tion et se tournent vers vous pour obte­nir des conseils, c’est un bon signe sur le fait que vous avez le talent natu­rel d’être une déco­ra­trice d’in­té­rieur. Cepen­dant, lorsque vous tra­vaille­rez pour un client ou une entre­prise, vous serez expo­sé à une varié­té de goûts et de styles dif­fé­rents. Vous devrez être en mesure de démon­trer une connais­sance appro­fon­die de la pla­ni­fi­ca­tion de l’es­pace, des tis­sus et des maté­riaux et vous devrez éga­le­ment être capable de tra­vailler avec des per­son­na­li­tés et des corps de métiers très dif­fé­rents. Un niveau bac est lar­ge­ment suf­fi­sant.
  

2 — Formez-vous

Vous n’au­rez pas besoin d’a­voir un diplôme d’une école d’art et desi­gn pour deve­nir déco­ra­trice d’in­té­rieur, mais une for­ma­tion de déco­ra­teur / trice inté­rieur ou une cer­ti­fi­ca­tion peut vous don­ner de la cré­di­bi­li­té. Pas besoin non plus d’être diplô­mé d’une école d’ar­chi­tecte. De nom­breuses for­ma­tions offrent des diplômes asso­ciés et ont sou­vent des for­ma­tions de cer­ti­fi­ca­tion de courte durée (moins d’une année) sur la déco­ra­tion d’intérieur. Les pro­grammes en ligne et les cours à domi­cile peuvent aus­si être utile, ou même en centre péda­go­gique. Il est même pos­sible d’ob­te­nir un finan­ce­ment pour cela (voir CPF, compte pro­fes­sion­nel de for­ma­tion). En plus de tout cela, vous pou­vez com­men­cer à vous for­mer immé­dia­te­ment avec toutes les res­sources dis­po­nibles sur le web, cours ou for­ma­tions, à votre rythme. Appre­nez les prin­cipes fon­da­men­taux, les types de maté­riaux, l’his­toire et les styles de déco­ra­tion ain­si que les tech­niques d’a­mé­na­ge­ment et d’agencement.

3 — Pratiquez

Pra­ti­quez la déco­ra­tion d’intérieur autant que vous le pou­vez. Aidez vos amis et votre famille sur les pro­jets de déco­ra­tion. Recher­chez des pro­jets de béné­vo­lat avec des orga­ni­sa­tions locales. Recher­chez des orga­nismes de ser­vices et les refuges locaux. Même les espaces de déco­ra­tion pour les évé­ne­ments spé­ciaux est une bonne expé­rience.
L’ “échange de mar­chan­dise” est aus­si une bonne solu­tion pour pra­ti­quer et s’a­mé­lio­rer en situa­tion semi-pro­fes­sion­nelle en tra­vaillant sur un pro­jet. Le prin­cipe est de four­nir une pres­ta­tion contre paie­ment en nature, par exemple refaire la déco d’une bou­tique en échange d’ar­ticles ou encore re-déco­rer un res­tau­rant contre un for­fait menu. Tout en exer­çant dans un envi­ron­ne­ment pro, et ain­si en se for­geant une expé­rience, pra­ti­quer l’ “échange de mar­chan­dise” per­met de faire des éco­no­mies !
  

4 — Mettez sur pied un portfolio de votre travail.

Assu­rez-vous de prendre des pho­tos de tous les pro­jets déco sur les­quels vous tra­vaille­rez, toute réa­li­sa­tion est bonne à prendre. Gar­dez des copies papier ain­si que votre tra­vail en ligne. Inté­grez des groupes thé­ma­tiques sur Fli­ckr et d’autres sites de desi­gn ain­si que tous les blogs de déco­ra­tion qui offrent la pos­si­bi­li­té de mon­trer votre tra­vail et « connec­tez vous » avec qui­conque par­ta­geant votre inté­rêt pour la déco­ra­tion d’intérieur ou sus­cep­tibles de vous apprendre de nou­velles choses.
Être pré­sent en ligne est pri­mor­dial. En plus des réseaux sociaux, avoir un site inter­net qui pré­sente son acti­vi­té est un réel avan­tage : image, com­mu­ni­ca­tion, pro­fes­sion­na­lisme, un site (une vitrine pro­fes­sion­nelle) est un vec­teur posi­tif ultra effi­cace pour trou­ver de nou­veaux clients. Il est conseillé de faire appel à un pro­fes­sion­nel mais pour celles et ceux que cela ne rebute pas, il existe de nom­breux outils tels que Word­Press pour faire son site web soi-même.
  

5 — Trouvez des fournisseurs de matériaux et de fournitures

Sans sta­tut légal, vous n’aurez droit à aucune remise chez les four­nis­seurs. Tou­te­fois, vous pou­vez com­men­cer à négo­cier avec eux si vous ache­tez en vrac. Vous pou­vez éga­le­ment apprendre à trou­ver des sources bon mar­ché pour les maté­riaux comme les maga­sins de sur­plus de stock et les maga­sins de seconde main. N’hé­si­tez pas à aller gla­ner sur inter­net, le web regorge de contacts et de four­nis­seurs. On peut aujourd’­hui tra­vailler en France avec des four­nis­seurs à dis­tance en Ita­lie ou à Bali très faci­le­ment grâce à inter­net.
  

6 — Recherchez un emploi dans la décoration d’intérieur ou visuelle

La concur­rence est forte, donc un gros salaire et un emploi pro ne sont pas faciles à trou­ver. Cepen­dant, vous pou­vez com­men­cer par tra­vailler dans un maga­sin de meubles, un centre ou espace de concep­tion, ou trou­ver un emploi dans un grand maga­sin local. Un tra­vail qui offre une chance de faire un peu de déco­ra­tion  — orga­ni­ser les élé­ments qui attirent l’at­ten­tion des ache­teurs et sont agréables à l’oeil – enri­chi­ra votre expé­rience et votre port­fo­lio.
  

7 — Démarrez votre propre entreprise

Démar­rez votre propre entre­prise de concep­tion, si le temps et les fonds vous le per­mettent. Vos frais pro­fes­sion­nels au début peuvent être faibles, vous aurez besoin d’un cadre légale et éven­tuel­le­ment d’un bureau pro­fes­sion­nel. Si vous n’a­vez pas le temps de tra­vailler sur le ter­rain, envi­sa­gez une acti­vi­té en tant que déco­ra­trice vir­tuelle où vous pou­vez éva­luer le domi­cile d’un client à tra­vers des images et des dis­cus­sions afin de lui four­nir les tâches à effec­tuer ain­si que les adresses ou trou­ver les fournitures.

Quelques lec­tures pour aller plus loin :

Formation en décoration d’intérieur,
DOCUMENTATION GRATUITE

Avez-vous trou­vé cet article utile ? 

Note moyenne : 4.1/5

Aucun vote pour l’ins­tant. Soyez le pre­mier à noter cet article.