Comment devenir décoratrice freelance ?

La déco­ra­tion d’intérieur vous pas­sionne et vous sou­hai­tez en faire votre métier. Deve­nir déco­ra­trice est à la por­tée de tous : que l’on sou­haite se recon­ver­tir ou que l’on soit à la recherche de sa pre­mière for­ma­tion pro­fes­sion­nelle. C’est un sec­teur dyna­mique, crois­sant et la demande de pro­fes­sion­nels qua­li­fiés n’y cesse d’augmenter. On vous fait décou­vrir les qua­li­tés qu’ une déco­ra­trice free­lance devrait avoir, ain­si que les for­ma­tions qui peuvent vous mener à ce métier.

Deve­nir déco­ra­teur /décoratrice d’in­té­rieur en for­ma­tion à distance

formation-decoratrice_documentation-gratuite

Décoratrice freelance, un métier fait pour vous ?

La déco­ra­tion est à la fois un métier et une pas­sion. Pour l’exercer, il faut tout d’abord qu’on l’aime. Si vous sou­hai­tez vous plon­ger dans l’univers de la déco­ra­tion d’intérieur, juste par curio­si­té, ou parce qu’on vous a dit par exemple que c’est un sec­teur qui ne connait pas la crise…, il n’est pas trop tard pour faire un autre choix de car­rière. Pour faire ce métier, il faut se sen­tir moti­vée et pour cela il faut l’aimer. Confu­cius n’avait-il pas dit qu’il faut choi­sir un tra­vail qu’on aime et on n’aura pas à tra­vailler un seul jour de sa vie ? Si vous êtes convain­cue d’avoir trou­vé votre voie, décou­vrez les qua­li­tés que vous devez avoir ou déve­lop­per pour l’exercer. Le métier de déco­ra­trice vous fera vivre votre pas­sion.
 
La déco­ra­trice doit avoir l’« œil déco ». Elle doit aus­si être ima­gi­na­tive et pos­sé­der le sens de l’esthétisme. Bien sûr, les for­ma­tions sont là pour vous apprendre le métier, mais une future déco­ra­trice doit tout de même avoir une capa­ci­té natu­relle qui lui per­met de bien visua­li­ser cer­taines choses. Pre­nons ce célèbre exemple pour y voir plus clair : sup­po­sons qu’on vous demande la cou­leur d’un rideau. Si vos amis voient tous noir, mais vous, vous voyez qu’il ne l’est entiè­re­ment pas, mais plu­tôt d’une cou­leur bleu-noire avec un reflet nacre, il n’y a aucun doute, c’est un métier qui est fait pour vous. Il y a donc des choses qui devront être natu­rel­le­ment pré­sentes chez la future déco­ra­trice, et après, les for­ma­tions l’aideront à déve­lop­per son talent.
 
À part cela, comme la déco­ra­trice va tra­vailler chez des gens, il faut qu’elle ait un bon sens de la com­mu­ni­ca­tion. Une bonne capa­ci­té d’écoute est aus­si néces­saire pour bien com­prendre les goûts et les envies des clients.
 
Ensuite, c’est un métier qui requiert une bonne orga­ni­sa­tion et un esprit de lea­der. Une déco­ra­trice free­lance pour­ra être emme­née à gérer plu­sieurs pro­jets, bud­gets et clients, et aus­si à diri­ger une équipe qui va l’aider pour la mise en œuvre du pro­jet.
 
Et enfin, la déco­ra­trice doit éga­le­ment être à l’affût des der­nières ten­dances en matière de desi­gn d’intérieur.

Faut-il être diplômée pour exercer ce métier ?

Le métier de déco­ra­teur d’intérieur est une pro­fes­sion non régle­men­tée. Ceci dit qu’il n’est pas obli­ga­toire d’avoir un diplôme pour l’exercer. En revanche, pour les métiers recon­nus en tant que métiers d’art, comme le déco­ra­teur éta­la­giste ou encore tapis­sier déco­ra­teur, le diplôme est obli­ga­toire.
 
Déco­ra­trice d’intérieur est donc, comme on l’a dit au début, un métier à la por­tée de tous. Si l’on aime déco­rer son chez-soi, on peut, avec quelques efforts, exer­cer le métier. Pour vous amé­lio­rer, docu­men­tez-vous sur les dif­fé­rents styles de desi­gn d’intérieur. Lisez des articles, des livres, etc. Vous pou­vez aus­si déve­lop­per vos connais­sances en vous ins­pi­rant des tra­vaux de célèbres desi­gners, et ensuite vous les adap­tez à votre idée.
 
Mais avant tout cela, il y a des bases qu’il faut bien maî­tri­ser. La déco­ra­trice doit maî­tri­ser les carac­té­ris­tiques tech­niques inté­rieures de la mai­son. Ceci lui per­met par la suite de maxi­mi­ser sa créa­ti­vi­té afin de mettre en place la meilleure solu­tion. À titre d’exemple, la concep­tion glo­bale ne devra pas gêner la cir­cu­la­tion de l’air dans toutes les pièces.

Quelle formation pour devenir décoratrice freelance ?

S’il est donc pos­sible de s’auto-former, suivre une for­ma­tion pré­sente néan­moins un grand avan­tage incon­tour­nable. Avec un diplôme, vous êtes plus cré­dible aux yeux de vos clients poten­tiels. N’oubliez pas que vous allez pro­po­ser vos ser­vices à une clien­tèle très variée : pro­prié­taires d’hôtels, de res­tau­rants, d’entreprises, et aus­si par­ti­cu­liers, etc. Avoir un diplôme est pour eux plus ras­su­rant et cela maxi­mise votre chance d’avoir des pro­jets.
 
Par­lons main­te­nant des études qui vous mènent à deve­nir une déco­ra­trice free­lance.
 
Pour trou­ver des for­ma­tions, Inter­net est votre allié. En effec­tuant des recherches, vous ver­rez des for­ma­tions et des écoles qui vous pro­posent dif­fé­rents cur­sus pour deve­nir déco­ra­trice. Le cur­sus pro­po­sé aux Beaux-Arts est le plus pri­sé. Mais d’autres écoles, comme l’ENSAD, l’école Pivaut, Boulle… attirent éga­le­ment de nom­breux can­di­dats. Ces écoles délivrent des diplômes de Bac + 2 à Bac + 5, tels un :

  • DMA : Diplôme des métiers d’art (bacc + 2)
  • BTS agen­ce­ment de l’environnement architectural
  • DNAT : Diplôme natio­nal d’art et tech­niques (bacc + 3)
  • DAAA archi­tec­ture inté­rieur et créa­tion de modèles : Diplôme supé­rieur d’arts appli­qués (bacc + 4)
  • Etc.

Ces diplômes cités en exemples sont recon­nus par le CFAI, le Conseil fran­çais des archi­tectes d’intérieur.
 
Des for­ma­tions à dis­tance sont aus­si pro­po­sées par divers orga­nismes. Mais avant de vous lan­cer dans l’une de ces for­ma­tions, consul­tez le RNCP, le Réper­toire Natio­nal des Cer­ti­fi­ca­tions Pro­fes­sion­nelles.
 
Les for­ma­tions doivent inclure les tech­niques de pros­pec­tion ain­si que les tech­niques com­mer­ciales et mar­ke­ting néces­saires pour vous per­mettre de bien lan­cer votre acti­vi­té en freelance.

Formation en décoration d’intérieur,
DOCUMENTATION GRATUITE

Avez-vous trou­vé cet article utile ? 

Note moyenne : 5/5

Aucun vote pour l’ins­tant. Soyez le pre­mier à noter cet article.