Devenir décoratrice d’intérieur sans diplôme

L’un des plus grands mythes dans le monde de la déco­ra­tion inté­rieure est qu’il faut un diplôme pour se lan­cer dans la déco­ra­tion inté­rieure. Dans cer­tains cas, un diplôme est néces­saire, mais la plu­part du temps, il n’est pas néces­saire. La seule fois où je m’o­rien­te­rais vers un diplôme de desi­gn d’in­té­rieur, c’est si j’é­tais assez jeune et fraî­che­ment sor­ti de l’é­cole ou si je vou­lais tra­vailler comme archi­tecte d’in­té­rieur ou desi­gner d’in­té­rieur dans une grande entreprise.

Deve­nir déco­ra­teur /décoratrice d’in­té­rieur en for­ma­tion à distance

formation-decoratrice_documentation-gratuite

La façon la plus avan­ta­geuse (et la plus rapide) d’ap­prendre l’archi­tec­ture d’in­té­rieur est d’acqué­rir de l’ex­pé­rience, soit en tra­vaillant sur vos propres pro­jets, soit en tra­vaillant pour quel­qu’un d’autre. Comme vous envi­sa­gez de créer une entre­prise de déco­ra­tion d’in­té­rieur, je pense que vous pré­fé­re­riez tra­vailler sur vos propres pro­jets.

L’ap­pren­tis­sage théo­rique dans ce sec­teur est une perte de temps. J’ai vu des cen­taines de CV et de port­fo­lios pas­ser par mes portes et ceux qui ont obte­nu un emploi n’é­taient jamais des diplô­més en desi­gn d’intérieur.

Avant d’en­trer dans le vif du sujet, à savoir com­ment créer une entre­prise de déco­ra­tion d’in­té­rieur sans diplôme, je tiens à cla­ri­fier une der­nière chose.

Les déco­ra­teurs d’in­té­rieur (même avec un diplôme) doivent avoir de nom­breuses années d’ex­pé­rience avant de pou­voir obte­nir leur diplôme. Comme il existe éga­le­ment des moyens de se “qua­li­fier” en tant que desi­gner d’in­té­rieur sans diplôme (c’est-à-dire d’ac­qué­rir de l’ex­pé­rience), il n’y a aucune rai­son d’in­ves­tir autant d’argent, de temps et d’ef­forts dans un diplôme alors que vous pour­riez faire ce que vous aimez, aider les clients et être payé, dès le départ.

Alors, com­ment pou­vez-vous lan­cer une entre­prise de déco­ra­tion d’in­té­rieur sans diplôme ?

Étape 1 — Décidez des services que vous allez proposer

Ok, donc vous devez être réa­liste, si vous n’a­vez pas encore entre­pris avec suc­cès un pro­jet pour une pièce du début à la fin, ne vous atten­dez pas à trou­ver un emploi pour une mai­son de cinq lits et à ce que ce soit facile. Nous sommes tous impa­tients, mais une éva­lua­tion réa­liste de vos com­pé­tences actuelles vous épar­gne­ra, à vous et à vos futurs clients, beau­coup de frus­tra­tions. La plu­part des archi­tectes d’in­té­rieur com­mencent par réa­li­ser leur propre pro­jet dans leur propre mai­son et, à mon avis, c’est vrai­ment un excellent point de départ. Cela signi­fie que vous devez res­pec­ter un bud­get, trou­ver le bon style d’ob­jets, déter­mi­ner l’ordre dans lequel les choses doivent être faites et gérer l’en­semble du pro­jet.

Au début, vous serez très pro­ba­ble­ment limi­té à la four­ni­ture de ser­vices de style et de déco­ra­tion. Il s’a­git tou­jours de ser­vices avan­ta­geux et de cré­neaux spé­ci­fiques de la déco­ra­tion inté­rieure que vous pour­riez choi­sir de spécialiser.

En fonc­tion de votre par­cours, vous pour­riez avoir des com­pé­tences trans­fé­rables d’une autre car­rière que vous pour­riez uti­li­ser dans votre entre­prise de déco­ra­tion d’in­té­rieur. Je trouve que les étu­diants avec les­quels je tra­vaille pos­sèdent sou­vent des com­pé­tences comme la bud­gé­ti­sa­tion, la négo­cia­tion et la ges­tion de pro­jet, qui sont des com­pé­tences et des ser­vices pré­cieux qui peuvent être ajou­tés à votre répertoire.

Pour que votre entre­prise prenne de l’am­pleur en toute sécu­ri­té, ne four­nis­sez que les ser­vices que vous pou­vez légi­ti­me­ment offrir. Uti­li­sez ensuite votre cœur et votre intui­tion pour déci­der des autres ser­vices et com­pé­tences que vous sou­hai­tez acqué­rir. Vous devez être pas­sion­né par le tra­vail que vous faites dans votre entre­prise. Si vous ne l’ai­mez pas abso­lu­ment, il vous sera dif­fi­cile de vous moti­ver pour le faire et vous vous retrou­ve­rez à ter­gi­ver­ser et à ne pas appré­cier le tra­vail que vous espé­riez aimer.

Ne vous sen­tez pas déçu si vous sou­hai­tez four­nir des ser­vices que vous ne pou­vez cepen­dant pas encore four­nir. Par­tez de là où vous êtes et déve­lop­pez votre entreprise.

Étape 2 — Définir ce que vous et votre entreprise êtes vraiment

Pre­nez une demi-jour­née et allez dans un café. Cal­mez votre esprit et regar­dez les gens autour de vous. Si la per­sonne assise à côté de vous vous deman­dait ce que vous faites et en quoi consiste votre acti­vi­té, pour­riez-vous le décrire clairement ?

Et il ne s’a­git pas seule­ment de dire que je suis un archi­tecte d’in­té­rieur ! Vous devez com­prendre votre client idéal et quel pro­blème vous résol­vez en tant que desi­gner dans votre niche. Essayez de cla­ri­fier les ser­vices que vous four­nis­sez et qui sont deman­dés par votre mar­ché cible. À ceux qui disent que c’est trop dur ou trop com­pé­ti­tif, vous avez tort. J’ai vu les entre­prises les plus aléa­toires et les plus obs­cures réus­sir, il vous suf­fit de connaître votre mar­ché cible sur le bout des doigts et de créer un ser­vice que votre client idéal sou­haite (et non l’inverse).

Vous devez éga­le­ment réflé­chir à ce qui va vous dif­fé­ren­cier des autres créa­teurs de votre cré­neau. Au début, cela peut être aus­si simple que de réflé­chir aux per­sonnes que vous pen­sez pou­voir aider avec vos com­pé­tences actuelles. Deman­dez-vous ce qui vous rend unique et pour­quoi quel­qu’un devrait vous enga­ger à la place de votre concurrent.

Il est par­fois utile de réflé­chir à ceux qui vous demandent déjà des conseils en matière de desi­gn et au type de conseils qu’ils vous demandent, puis d’es­sayer de trou­ver com­ment trans­for­mer cette com­pé­tence en ser­vice.

Votre marque, votre cré­neau et votre mar­ché cible évo­lue­ront et se déve­lop­pe­ront au même rythme que votre entre­prise. Vous devez com­men­cer. Agis­sez avant de vous sen­tir “prêt” et ne tom­bez pas dans le piège de la per­fec­tion. Le pro­grès et la moti­va­tion viennent du simple fait d’a­gir, vous devez com­men­cer d’a­bord et ensuite les idées viennent, ce n’est pas l’in­verse qui se pro­duit. Il faut faire ce pre­mier pas et essayer.

Étape 3 — Déterminez vos services de conception et leur prix

Vous devez savoir de com­bien vous avez besoin chaque mois pour payer vos fac­tures et autres. Une fois que vous avez un chiffre, vous devez déter­mi­ner com­ment ce que vous offrez va répondre à vos objec­tifs finan­ciers mensuels.

Vos ser­vices sont intrin­sè­que­ment liés à votre mar­ché cible, vous devez donc vous assu­rer que vous savez qui va ache­ter vos ser­vices et com­bien il va payer pour cela. Par exemple, si votre mar­ché cible est consti­tué de jeunes pro­fes­sion­nels qui achètent leur pre­mière mai­son, vos offres de concep­tion doivent être quelque chose que ces jeunes pro­fes­sion­nels sont prêts à payer, ain­si qu’un prix qui vous per­mette de vivre.

Si le prix d’un pack de concep­tion pour les ache­teurs d’une pre­mière mai­son est d’en­vi­ron 1 500 euros, vous n’au­rez peut-être besoin que de quelques clients au cours des deux pre­miers mois pour prendre réel­le­ment de l’é­lan. Le prix des pro­jets peut cepen­dant être déli­cat, car vous ne savez peut-être pas com­bien de temps un pro­jet typique peut prendre et vous pou­vez vous retrou­ver à tra­vailler sur un pro­jet 12 mois plus tard après avoir été payé d’avance …

Étape 4 — Continuer à apprendre, s’améliorer et proposer des services supplémentaires

La plus grande erreur que je vois chez les déco­ra­teurs d’in­té­rieur (même expé­ri­men­tés) est qu’ils ne conti­nuent pas à se déve­lop­per, à apprendre et à ajou­ter de nou­velles com­pé­tences à leur cata­logue. La pas­sion ini­tiale pour apprendre et gran­dir est éclip­sée par la rou­tine quo­ti­dienne, et ils oublient de conti­nuer à apprendre sur le sujet qu’ils aiment.

L’un des outils les plus utiles pour com­mu­ni­quer avec les clients, et aus­si l’une des choses les plus faciles à apprendre, est de des­si­ner des plans de meubles. J’ai vu des archi­tectes d’in­té­rieur expé­ri­men­tés exter­na­li­ser ce genre de tra­vail, qui est tota­le­ment inutile, sur­tout qu’il existe aujourd’­hui des cen­taines de pro­grammes gra­tuits qui per­mettent de des­si­ner des plans, IKEA a un pla­ni­fi­ca­teur de pièce — même mes clients peuvent l’utiliser !

Il y a cer­taines com­pé­tences essen­tielles à pos­sé­der pour réus­sir en tant que desi­gner d’in­té­rieur, à long terme. Par exemple, apprendre à com­mu­ni­quer vos idées est une com­pé­tence de base dont vous avez besoin en tant que desi­gner d’in­té­rieur, tout comme la ges­tion d’un pro­jet du début à la fin.

Vous devriez être capable de faire ce qui suit et si vous ne le pou­vez pas, alors ce sont les domaines dans les­quels j’aug­men­te­rais mes com­pé­tences le plus rapi­de­ment possible :

  • Entre­prendre un son­dage mesuré
  • Amé­na­ge­ment du salon et du mobilier
  • Lire et com­prendre les plans des consultants/constructeurs
  • Créer des plans d’é­clai­rage et des designs
  • Conce­voir un espace avec une idée forte et suivre jus­qu’au moindre détail
  • Com­mu­ni­quez vos idées aux consul­tants et aux constructeurs
  • Être capable de mener un pro­jet du début à la fin
  • Avoir la capa­ci­té de for­mu­ler un accord for­mel contraignant
  • Fixez un prix adé­quat pour vos ser­vices, tant pour vous que pour votre client
  • Mettre en place un sché­ma de concep­tion cohé­rent en réponse à un brief
  • Savoir com­ment se faire connaître et obte­nir un flux de reve­nus régulier
  • Connaître les docu­ments à pro­duire à chaque étape d’un projet

Étape 5 — Dites aux gens que vous êtes disponible pour faire des affaires — CONSTAMMENT

Vous ne pou­vez pas ima­gi­ner com­bien de per­sonnes croient que vous pou­vez sim­ple­ment construire un site web cool et pensent que les clients vont s’y inté­res­ser. Déso­lé de faire écla­ter votre bulle ! Oui, au bout d’un cer­tain temps, les gens vous appel­le­ront depuis votre site web, mais je ne compte pas que ce soit mon flux de clients habi­tuel, sur­tout pas au début. Vous avez besoin d’une stra­té­gie de mar­ke­ting et vous devez vous mettre constam­ment en face de votre client idéal.

Le plus grand échec que l’on peut connaitre au début, c’est de sup­po­ser que tout le monde sait que l’on a démar­ré son entre­prise, alors qu’on n’en a par­lé à per­sonne. Vous devez le dire aux gens constam­ment et d’une manière qui ne soit pas irri­tante. Il faut donc trou­ver un moyen de se faire connaître afin que cela ne soit pas per­çu comme sor­dide, ennuyeux ou embar­ras­sant. Au début, vous devez vous mettre en valeur. Les autres met­tront un bon mot pour vous, mais c’est un tra­vail dif­fi­cile, donc quand les bons mots des autres s’é­grènent, vous devez conti­nuer à vous faire remar­quer et à leur rap­pe­ler votre existence.

Créer une entre­prise, c’est comme faire bouillir une grande cas­se­role d’eau. Il faut beau­coup d’éner­gie pour chauf­fer cette cas­se­role avant de voir les pre­mières bulles, mais une fois que vous les avez vues, vous savez que vous allez quelque part. Au début, vous devez don­ner à votre entre­prise ce genre d’éner­gie, et les choses ne sem­ble­ront pas se pro­duire avant un cer­tain temps, mais vous devez savoir que l’eau chauffe, donc vous ne pou­vez pas aban­don­ner, conti­nuez à dire à tout le monde que vous êtes ouvert aux affaires, trou­vez de nou­veaux moyens, soyez créa­tif, soyez vous-même et trou­vez votre tri­bu, elle est là !

J’es­père que vous avez trou­vé la réponse que vous cher­chiez après avoir lu cet article, donc res­tez per­sé­vé­rant dans vos actions. Deve­nir décorateur.trice d’in­té­rieur sans diplôme est tout à fait envi­sa­geable, ce qui n’empêche pas de faire des for­ma­tions, par exemple en ligne.

Quelques lec­tures pour aller plus loin :

Formation en décoration d’intérieur,
DOCUMENTATION GRATUITE