Décoration merchandising

formation-decoration-interieur-merchandising

Les espaces com­mer­ciaux ont éga­le­ment besoin de valo­ri­sa­tion afin que les consom­ma­teurs éprouvent du plai­sir à y entrer. La per­sonne à même de réa­li­ser la mise en valeur des locaux com­mer­ciaux n’est autre que le déco­ra­teur mer­chan­di­sing, un pro­fes­sion­nel de la déco­ra­tion qui a plus d’un tour dans son sac en matière d’embellissement des rayons, des vitrines et des éta­lages. Son objec­tif : amé­lio­rer la recette de l’entreprise com­mer­ciale qui sol­li­cite son ser­vice moyen­nant la décoration.

Description du métier de décorateur merchandiser

La concep­tion de la déco­ra­tion et la mise en scène des éta­lages et des vitrines sont les mis­sions prin­ci­pales qui incombent à un déco­ra­teur ou à une déco­ra­trice mer­chan­di­ser. Il veille à créer des ambiances ori­gi­nales et pro­pices à la vente.

Ce pro­fes­sion­nel offi­cie essen­tiel­le­ment dans les locaux com­mer­ciaux, toutes enver­gure et taille confon­dues. Les décors qu’ils appliquent dans les points de vente sont méti­cu­leu­se­ment choi­sis de sorte à cor­res­pondre par­fai­te­ment avec les lieux et les pro­duits expo­sés dans les rayons.

Le déco­ra­teur ou déco­ra­trice mer­chan­di­ser s’assure d’autre part à pro­mou­voir l’image de marque de l’enseigne qui l’a enga­gée, dans le but de posi­tion­ner cette der­nière sur la plus haute marche. Il amé­nage, par exemple, les vitrines de manière à atti­rer l’attention des clients dès qu’ils entrent dans le local com­mer­cial. La réa­li­sa­tion d’éléments déco­ra­tifs à l’instar de cadre ou de miroir est aus­si de son ressort.

Les qualités que requiert le métier de décorateur merchandiser

Cette pro­fes­sion étant une des branches de la déco­ra­tion, la per­sonne sou­hai­tant l’exercer doit dis­po­ser d’un savoir-faire irré­pro­chable en déco­ra­tion d’intérieur : c’est l’élément de base. Tou­te­fois, du fait que le sec­teur est incon­tes­ta­ble­ment lié au mar­ke­ting, le déco­ra­teur mer­chan­di­ser est tenu d’avoir des connais­sances des tech­niques de vente. En effet, afin de pou­voir déter­mi­ner la touche de déco­ra­tion à réa­li­ser et qui sera en mesure d’optimiser la ren­ta­bi­li­té du com­merce concer­né, il doit être en mesure de déce­ler les fai­blesses et les forces des pro­duits proposés.

D’autre part, ceux qui veulent can­di­da­ter pour ce tra­vail doivent être à tout ins­tant prêts à quit­ter leur domi­cile afin d’intervenir sur des sites éloi­gnés de leur domi­cile voire de leur région ou pays. Par ailleurs, il doit faire preuve d’une grande endu­rance, car les horaires de tra­vail ne sont pas fixes : pour ne pas déran­ger les clients, il four­nit ses pres­ta­tions avant l’heure d’ouverture ou après la fer­me­ture du maga­sin. En outre, on ne peut deve­nir déco­ra­teur mer­chan­di­ser si l’on sup­porte mal la pres­sion, le but prin­ci­pal étant de liqui­der des stocks de pro­duits considérables.

Afin de pou­voir mettre les sala­riés des points de vente de son côté, il doit savoir avec faci­li­té com­ment les convaincre et les per­sua­der quant à la réa­li­sa­tion du pro­jet. Mais encore, la poly­va­lence et la capa­ci­té d’adaptation sont de rigueur, car les acti­vi­tés des pro­fes­sion­nels du com­merce et de la vente ne sont pas toutes les mêmes. Ain­si, les tech­niques à adop­ter dans les points de vente sont dif­fé­rentes et doivent adap­tées à cha­cun d’eux.

Le décorateur merchandiser vise quelle clientèle ?

L’activité du déco­ra­teur mer­chan­di­ser s’adresse uni­que­ment aux pro­fes­sion­nels du com­merce et de la vente. Ain­si, par­mi les plus fidèles de ses clients figurent le plus sou­vent les grands maga­sins, les bou­tiques spé­cia­li­sées dans la vente en gros ou en détail, les enseignes qui com­mer­cia­lisent des pro­duits de luxe, les centres commerciaux.

Il peut éga­le­ment arri­ver que des éta­blis­se­ments cultu­rels à l’instar des musées fassent appel au déco­ra­teur mer­chan­di­ser pour l’aménagement des objets de valeur à expo­ser. L’as de la déco­ra­tion mer­chan­di­sing tra­vaille le plus sou­vent en tant qu’entrepreneur, mais entre­tient un par­te­na­riat solide avec les pro­fes­sion­nels du marketing.

Les avantages et les inconvénients de ce métier

Le reve­nu annuel d’un déco­ra­teur mer­chan­di­ser est très moti­vant. En effet, ce pro­fes­sion­nel peut tou­cher pas moins de 30.000 euros par an, les contri­bu­tions impo­sables incluses. De plus, c’est un métier qui se carac­té­rise par un taux d’embauche impor­tant. Les grands et petits maga­sins à la recherche d’un arti­san capable de leur appor­ter beau­coup plus de clients sont très nombreux.

Ce domaine est éga­le­ment un pas vers le sec­teur mar­ke­ting. Ain­si si à l’avenir, vous sou­hai­tez com­plé­ter vos talents de déco­ra­teur avec d’autres ser­vices, vous pou­vez prendre part à des for­ma­tions dans le but de vous acquit­ter, par exemple, le rôle de chef de ventes au sein de l’entreprise voire d’occuper un poste dans la branche marketing.

Les aspects néga­tifs de cette pro­fes­sion se résument par les dépla­ce­ments fré­quents que le déco­ra­teur ou la déco­ra­trice mer­chan­di­ser sera ame­né à effec­tuer, ce qui est loin d’être pra­tique que vous soyez céli­ba­taire ou marié. D’autre part, les horaires de tra­vail ne sont pas stables. En effet, à cer­tains moments, le spé­cia­liste de la déco­ra­tion mer­chan­di­sing sera dans l’obligation de tra­vailler dans les cré­neaux horaires où le local est encore fermé.

Formation en décoration d’intérieur,
DOCUMENTATION GRATUITE

Toutes les spécialités
en décoration d’intérieur

Décoration événementielle

Coach décoration

Home staging

Décoration merchandising

Décoration paysagisme

Design mobilier & accessoire